Physique quantique

Loading...

INFORMATION

L'EVANGILE DE LUMIERE SOURCE AU COEUR DE LA TORAH
Le Rabbin Yéshua, Vrai Maître et Vrai Juif, a Dit de Sa Propre Bouche, VOUS : " Vous Adorez ce que vous NE CONNAISSEZ PAS ; Nous, Nous Adorons ce que Nous CONNAISSONS, car LE SALUT VIENT DES JUIFS, (Jean 4, 22) ".
Le Salut ne vient d'aucune religion, sauf, De ses propres actions.

Lorsque vous cliquez sur un des liens : Un pouvoir Spirituel usurpé, descendez pour lire l'article.

UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE 1 : http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/article-23-un-pouvoir-spirituel-usurpe.html
UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE 2 :http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/article-22-un-pouvoir-spirituel-usurpe.html
UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE 3 : http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/article-21-un-pouvoir-spirituel-usurpe.html
ATHANASE DALEXENDRIE FILS DU PORTEUR DE LUMIERE 4 :http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/athanase-dalexandrie.html
L’UNIVERS D’UN PROPHETE !

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Méditation

Le plus étrange des visionnaires inspirés par L’Amour de La Lumière, il éveille ses facultés d’une puissance Supranaturelle ! L’état d’illumination plonge son âme Dans La Lumière d’une science des temps futurs. Il révèle un style, une méthode d’une surprenante actualité. L’Action de La Lumière sur le Prophète cherche à s’assurer de son concours pour écrire et publier :
« l’Evangile de Lumière ».

VISION DE DANIEL 12 v 1, 3, 4 :

En ce temps là il « se lèvera un temps d’affliction, tel qu’il n’y en a pas eu depuis que les nations existent jusqu’à ce temps-ci. » « Ceux qui auront été des clairvoyants resplendiront comme la splendeur de l’étendue Céleste, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude comme des étoiles, à toujours et à perpétuité. Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Beaucoup alors le liront, et la connaissance augmentera. »

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. L’ANGE DE MA CONSCIENCE

Méditation

Mon Ange m’a demandé d’écrire ce message pour l’homme qui se présente :

Bonjour mon ami,

Oui toi, qui me lis ? Je t’ai fait venir jusqu’ici, parce que je me soucie de toi. Tu étais préoccupé et j’ai attendu en espérant que tu viennes ! Enfin tu es là. Je veux te donner de ma Lumière pour ta vie, de l’énergie pour ta santé, et de la paix pour te reposer. Je t’ai attendu depuis bien longtemps. J’ai eu mal.
Mais aujourd’hui te voici, j’ai beaucoup de Lumière pour toi. Hier quand tu étais endormi, j’ai chuchoté à ton âme. J’ai répondu un rayon de Lumière sur ton esprit. Tu te sentais tellement seul, le cœur brisé, j’ai entendu ton cri ! Et j’ai murmuré mon Amour au plus profond de ton cœur. Oh ! Si seulement tu venais en ma Lumière, me laissais te parler, et marchais avec moi pour t’éclairer ! Je t’ai fait aussi venir jusqu’ici parce que je veux t’aider, ce n’est pas par hasard que tu me lis ;
mon serviteur aussi veut t’aider. Dans l’Unité nous avons tellement à partager avec toi. Tu es libre de venir à moi. Je ne m’impose pas. Je t’ai choisi à cause de l’Amour que tu as dans ton cœur. Car je sais que c’est difficile de vivre sur cette terre. Je le sais, ils m’ont torturé. Mes douleurs et mes larmes sont pour ceux qui viennent à moi, en ma Lumière. J’ai le pouvoir de parler à chacun d’entre vous dans l’intimité de votre cœur, comme je le fais pour mon serviteur Victor. Car chacun peut recevoir en lui-même ma Parole. Prends soin de cette Lumière s’il te plait, lis le témoignage de mon serviteur. Laisses-toi envahir par ma Lumière, en Elle, appelle-moi, demande-moi et parle-moi ? Je suis patient, et dans l’Amour j’attendrai, car j’ai consacré l’éternité pour que l’on vive ensemble dans mon Royaume. Pour les justes « j’étends mon filet, je les précipite comme les oiseaux du ciel (a) » ; « les jours de mon intervention arrivent, et mon prophète est un filet d’oiseleur. Il est une sentinelle pour mon peuple, le monde le traite de fou, comme un homme inspiré qui a le délire (b) ! » Je l’envoie pour que mon peuple sème pour la justice, moissonne dans la loyauté, et afin qu’il défriche pour le champ nouveau. Car l’esprit qui est envoyé sur ce blog : « C’est parce qu’il lui a été donné de connaître les mystères du Royaume des Cieux, et qu’à d’autres cela n’a pas été donné. Je donne à celui qui a, et il sera dans l’abondance. Parce que son cœur est devenu sensible, qu’il peut voir de ses yeux, entendre de ses oreilles et comprendre avec son cœur. Mais maintenant dans ces temps de la fin, l’homme peut entendre et comprendre les choses cachées depuis la création (c) ». Il est Tant de prier L’Eternel, car Je Viens ! Amen.

a) Osée 7, 12. b) Osée 9, 7-8. c) Matthieu 13, 11, 12,
14-15, 35.

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Le Prophète, dans cet Evangile de Lumière, par son essence énergétique, on ne saurait trouver plus grand témoignage et révélation de Dieu qui est un être de Lumière. Et c’est dans son triangle spirituel, dans ses manifestations et mouvement intérieur que Dieu lui parle ! Ivre de Lumière, suspendu dans la sphère céleste au paysage grandiose, il répond à l’appel de l’Amour à l’Amour, laisse son cœur du vivant s’élever, et abandonne son âme au rythme et au mouvement éternel. Il nous révèle cet Evangile de Lumière qui a été annoncé depuis la genèse des temps. Et il nous dit, cherche la Lumière et tu trouveras ton âme qui en découle. Car quand tu la possèdes en toute vérité, tu la possèdes en tout lieu, en tout espace et en tout temps. C’est elle qui inspire les visions du Mystique dans son exploration intérieur. C’est Martello « le Marteau des hérésies » qui met le monde en mouvement vers la Lumière des derniers temps. Resplendissante par Amour en toute chose. Celui qui aime ardemment trouve la Lumière de ce qu’il aime. Dans l’approche de sa perception intérieure, il augmente son discernement, et tel un amoureux, il découvre dans son âme et dans son cœur la vive et véritable connaissance dans la vie spirituelle émanant de la Lumière. Au plus haut degré de sa puissance, l’homme doit veiller à s’élever constamment dans son intellect, et dans sa volonté de grandir sans cesse dans l’attente de retrouver le Maître de Lumière. Excellence Suprême infaillible à l’image du Messie !

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. CHERCHER LA VERITE

Je recherche la vérité, la vérité qui me relie au cosmos. Je construis la prose intérieure, la prose de ma genèse personnelle. Je suis le contemplatif et je contemple pour survire !
Je plonge dans le symbole de l'univers. J’alimente par le mot la surprise. Je ressens et découvre l'univers des mots. Une illumination intérieure s'opère dans l'esprit et le corps c’est la fusion. Dans mon univers mental je reconstruis la prose, ma conscience rejoint la pensée d’une coexistence éternelle que je reconstruis. Un monde de dualité entre l’univers de la raison et la reconstitution de la lumière. Un rayonnement réfractaire qui anéantie la pensée rationnelle pour réveiller le rêveur qui sommeille. C’est le temps de comprendre qui on est vraiment, ce que l'on éprouve et ce que l'on est.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Deux mondes s’expriment, du choc des ténèbres et de la lumière. Pour animer la prose je plonge dans ce monde étrange et fantastique. Dans mon monde intérieur les mots sont transposés dans le cadre du vivant. Richesse cachée, présentée à l’esprit, d’une sensation intense pour vivre la découverte. La révélation dans la contemplation affirme la force d’expression. Je contemple et je supporte l’univers que je me construis, un univers personnel de l’évocation, et que je survole dans ce monde. Celui qui lit mes articles pourra le faire autant de fois qu’il le supporte. Il pourra découvrir le secret de la contemplation, le secret de l’illumination. A la recherche de l’équilibre des mots reliant la verticale et l’horizontal, de l’imaginaire ou du réel, vers le sens de l’existence et de l’essence pour la compréhension d’un contemplateur.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Analyse et interprétation pour le destinataire dont le connaissable dénonce l’effort. C’est dans l’univers contemplatif que s’ouvre la voie, que s’opère la connexion et l’alchimie. Le spectateur est libre d’approfondir son investigation et sa recherche. Il pourra capter avec une idée claire le sens de la révélation, de ce qu’il est capable de supporter et de percevoir.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Mon espace exhale une odeur subtile et pénétrante, un parfum céleste ancestral émettant des signaux lumineux dans la confusion des espaces et du temps. Je suis dans une telle sérénité et dans une telle transparence. Codé par des signes rituels fluant mes yeux de lumière phosphorescente. Je dois faire très attention aux mots, surtout, que les événements relatés précèdent le texte. Parfois avec des surcharges affectives. Parfois les mots sortent d’une façon involontaire. J’écris et j’observe le sens de la main dans un déplacement subconscient. Des images fascinantes apparaissent dans ma mémoire, et s’imposent au paysage mental, comme à l’intérieur d’un miroir ! Le silence pesant, happe dans l’espace la substance de l’énigme au sens approprié. J’ai l’impression de devenir un esprit ensablé, embourbé entre le corps dur et la pensée invisible des choses !
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Je reste néanmoins méfiant de mon exposé et de son caractère. Il ne s’agit pas d’exciter l’intérêt mal placé du lecteur, en voyageant dans le monde des chimères ! L’idée est de partager en toute honnêteté l’observation contemplative, et faire découvrir le chemin d’un blanc lumineux. Ouvert à tout homme et toute femme de bonne volonté ! Il ne s’agit pas de raconter des choses nouvelles qui se passent autour de moi sortant d’un rêve ! Sans y chercher le sens profond de cette lumière qui murmure au fond de mon cœur. Je ne cherche pas à arriver à la connaissance de la vérité par des moyens que la raison désavoue ! Je ne veux faire de mal à personne, et peu importe ce que l’on pense. Car les braves gens installent des lumières le long de leur chemin. La grâce les illumine, Ils sont remplis d’honnêteté et d’amour naturel. Leurs imperfections sont comme une buée sur une vitre qui s’efface au premier rayon du soleil. La contemplation c’est la puissance du langage qui illustre le glissement des sens ! Interroge la norme de l’illusion et de la réalité. C’est une contemplation séductrice aux mots séducteurs. Le discours rigoureux délimite la norme, et le langage de la traversée intérieure, obscure ou secret ! Ce n’est pas la dialectique de folklore, au rituel funèbre qui transforme la beauté en une image lépreuse. Au rituel subtil, aveugle course au plaisir des bijoux intellectuels de l’Ego. Séducteur de l’énigme, de la sublimation obscène des plaisirs ; les grâces d’aujourd’hui !
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Dans la contemplation, découvrir la vérité, l’équilibre de la force lumineuse, se libérer de l’obsession des sens et des interdits détournent l’âme de l’homme de la débauche et de la morale libertine.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. La contemplation c’est une rencontre qui dépasse la raison et que dirige l’intelligence.
Pensée même sa création nous échappe, nous engloutit et nous dépasse. On dévoile plus que l’on ne croit. Dans notre univers on capture des puissances de vie et d’expression. Une contemplation où la seule limite est en nous, où le mental nous fait construire des murailles à l’émotion. Elle émeut la pensée, critique pour celui qui éprouve trop vite. Magique, lieu unique,
l’œuvre est un lien d’un cœur constant qui tisse une pensée qui se déploie derrière les mots. Naît l’inspiration de la prose, venue d’un monde invisible où le moi parle au soi. Eveille la pensée rationnelle des percepts et le danger des affects. Dévoile l’expérience intérieure émotionnelle, c’est un trésor à notre portée qui nous aide à comprendre différemment les objets, les symboles.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. L’éclair jaillit entre la connexion des deux mondes. C’est la jonction du ressenti. C’est la chance de notre survie dans un monde recréé !
S’explorer soi-même, se développer libre dans son indépendance, dans la découverte et l’investigation. Là il n’y a pas de censure, L’imagination est libre ! Le contemplatif est confondu à l’intérieur de l’univers. Il dépasse sa propre compréhension dans ce monde sans concession, en allant au plus profond de sa vie. Le sens, n’a plus de sens ! Il est soumis au pouvoir de l’amour. Lié à cette pensée unique, expression d’une réalité universelle et collective. Vision universelle qui passe par l’homme, où il peut voir à travers l’œil intérieur.
Univers inexploité et inexploré par des millions d’hommes, relatif au monde du soi, où la réalité n’est plus une illusion ! Les puissances de vie commencent par la création d’un rêve qui domine la vie, dans l’expression d’une puissance contenue dans l’univers! Dont la destinée a eu pour effet l’homme, avec une conscience sans limite et une pensée qui n’est pas celle d’un mortel ! Originalité profonde, expression illogique des génies et des fous. Devenez ce génie aux idées claires ou ce fou inévitable.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Ce passage de la continuité du monde vivant selon un ordre complexe qui se succède dans le temps. Demeure de la sélection naturelle de la pensée, c’est-à-dire miroir de la pensée, reflet de ce qu’il y a de contenu dans le cœur et la conscience !
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Vérité d’un ordre supérieur, l’instrument de l’illumination, de la sagesse et de la connaissance. Reflétant l’intelligence créatrice céleste créant comme tel à son image.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Le cœur Humain, miroir reflétant Dieu, Paul nous dit : Corinthiens 3, 18, traduit des textes originaux Hébreu et Grec, je cite : « …contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit ». L’intelligence céleste reflétée par le miroir, le reflet de la perfection cosmique.


lundi 24 octobre 2016

article 229 CONTEMPLATION AU LIMITE D’UN CŒUR

La contemplation s’inspire d’un cœur rigoureux à l’exercice qui ne connaît pour limite que la loi fixée par lui-même, exprimant l’intensité liée à celui qui « Est ».
Méditation
Au début c’est très difficile de comprendre l’absence de Dieu. On se demande : pourquoi n’est-il pas là où il devrait être normalement ? Mais rassurez-vous il est là, présent dans votre cœur. Son absence n’est que le rapport de votre distraction profonde pour l’écoute.La contemplation s’inspire d’un cœur rigoureux à l’exercice qui ne connaît pour limite que la loi fixée par lui-même, exprimant l’intensité liée à celui qui « Est ». Le laisser pénétrer en soi en le retenant, comme une éponge absorbe l’eau, pour s’en nourrir et d’en être animé. Absorber ses pensées, les occuper entièrement et fortement avec l’esprit d’un pénitent. S’abstenir et renoncer volontairement au mal, s’interdire de critiquer et de prendre part à des actions immorales.  S’abstenir de certains aliments pour isoler la pensée, afin de dégager ce qui paraît essentiel dans la méditation. Mettre en évidence les idées sans rapport avec la réalité, issues de la pure imagination. Ne pas tenir compte de toutes les images, de toutes les voix ou de tous les sons qui peuvent survenir de votre propre fabrication, œuvre éloignée du concret, de la réalité, car c’est être dans l’absolu, dans une contemplation abstraite ! Comme contempler une image blanche sur un fond blanc.
La contemplation est un long apprentissage, nécessaire lorsque l’on veut présenter la réalité.
Au début c’est très difficile de comprendre l’absence de Dieu. On se demande : pourquoi n’est-il pas là où il devrait être normalement ? Mais rassurez-vous il est là, présent dans votre cœur. Son absence n’est que le rapport de votre distraction profonde pour l’écoute.
L’homme a des absences de mémoire à cause du manque d’assiduité. Je peux vous assurer que le cœur a une énergie aromatique contenant une essence divine : La Lumière ! Qui ne comporte aucune restriction.
C’est parfois dans la douleur qu’il se manifeste, jusqu’à perdre la dignité ! La douleur nous abaisse à un niveau inférieur pour nous ramener d’un point extérieur à un point intérieur. Nous abandonnons dans un espace, le plus souvent avec une idée de défaite. Brisé par la douleur, en se laisse dominer par le sentiment sans résistance à une renonciation, dans une attitude d’abandon de la matière et du monde extérieur. Dans le corps abattis, le cœur se remplit de Lumière ! La fierté, l’orgueil est réduit à néant. Alors apparaît l’énergie élémentaire de base d’une activité Spirituelle. C’est dans cette situation critique, parfois dangereuse que commence l’éveil. Dans cette cavité creusée au fond du cœur « il existe » ! Il  s’accompagne de signes : douleur, rougeur, chaleur envahie d’une inflammation ; comme le chirurgien qui incise et nettoie la cavité ! Dans le renoncement de ce qui nous est propre, vient une énergie extracteur propre à ses diverses fonctions. Il nourrit notre esprit comme l’abeille butine sur la fleur. Il nous écarte du bon sens de nos erreurs logiques et de notre absurdité d’aveuglement.
ATTENTION, dans notre contemplation il peut y avoir une dispersion des rayons lumineux, qui provoqueront une distorsion visuelle des images ; c’est-à-dire une aberration chromatique, une anomalie apparente provoquée par une soudaine idée aberrante ! Envoyant  la contemplation sur un autre plan. Si, nous insistons sur cette distorsion qui donne une vibration non conforme à l’harmonie émise. Vous risquez de pénétrer dans des profondeurs insondables ; c’est-à-dire dans les abysses de la contemplation….
C’est pourquoi il est très important d’être accompagné d’un guide Spirituel confirmé et formé Par Lumière Elle-même. Le meilleur moyen de cet apprentissage, c’est de faire sa propre expérience en suivant La Parole prévue à cet effet. La Parole de La Lumière vous propose un enseignement et une activité dans un climat de silence et perception personnel, ouvert pour tout homme : croyant et « non croyant ». Il y a des gens très compétant ; je me permets de le dire – des Saints d’une culture et d’une gentillesse immense. Ils vous aideront dans votre cheminement intérieur. Pour être à l’écoute de ce qui vous appartient particulièrement et personnellement.
Mais lorsque nous pénétrons dans la mer des abîmes, plongés dans des flots de réflexions, transportés par un rayon noir sans fond ! La vision vous porte de plus en plus dans un rêve qui regorge de symboles, avec une opulence particulière de mots ! D’un abord aimable, semble être à la portée de tous. Les mots sont soudés l’un à l’autre, ils vivent par opposition en intensive division ; entre rayon noir et rayon blanc ! 
La contemplation ici s’édifie sur la construction d’un sanctuaire de mort. Pour celui qui croit contempler un lieu de lumière. Résultat, il est articulé de manière à être sur le sentier d’une série d’événements, de conséquences qui n’aboutissent à rien, sauf à la mort ! Et à y trouver sa conclusion par étrangeté dans un lieu d’incohérence.
Ainsi Emettre des émotions appelle à la menace.
L’objet de la contemplation ne doit pas être visé. Il  s’introduit comme un visiteur par un après ! Provoque parfois l’étonnement.
L’action contemplative est une érosion abrasive. Contenant de longue durée, d’un vaste ensemble, d’une science géométrique soignée, d’éléments premiers, Purs, parfois d’abréviations ! Nous contemplons une immense étendue d’eau ou De Lumière, au point que nous ne pouvons pas tout absorber. Mais l’homme peut y boire abondamment. Lieu où l’on peut se réfugier et être en sûreté, après un long combat pour atteindre l’abscisse.

article 228 CONTEMPLATION INTIME

Il y a toujours quelques choses d’extraordinaire à écouter et à voir dans l’espace de la pensée.
Méditation
Je plonge dans cette contemplation, dans Le Bain de Ciel et Le Bain de Lumière m’éblouit. Elle éveille l’écoute attentive, embarqué par La Voix qui déchire le calme de l’air, où l’écho traverse la rupture de deux Mondes.
Ma contemplation est au rythme de mon attention, je suis plus qu’un  esprit  qu’une énergie ; sans cesse tenue en éveil. Il y a toujours quelques choses d’extraordinaire à écouter et à voir dans l’espace de la pensée. Je suis comme dans le silence d’une cathédrale où la pénombre céleste règne ; indicible splendeur de la sérénité.
Expérience intime à découvrir dans ces intenses et simples joies. Mon âme est invitée au cœur de la grâce !
Mon inlassable activité de contemplation me conduit dans l’œuvre qui était demeurée cachée, ignorée pendant longtemps, au fond de mon cœur.
Ma vivacité intellectuelle, ILLUMINEE pour la quête Spirituelle, m’a conduit à explorer dans une curiosité insatiable, les tressaillements de mon âme !
Rien ne s’oppose à La Beauté et à La Réalité de la chair et de l’âme.
Je n’arrive pas à supporter les douleurs et les dégoûts qui s’activent dans mon corps, des cruautés commis par cette humanité.
Pourtant mon être agit par transformation à La Source, puisée dans la transmission des générations des Saints ; trésors des hommes ! Dont le verbe sonne comme une mélodie dans les mémoires. Mon cœur brûlant affirme sa liberté de pensée ses repères
Je plonge dans cette contemplation, dans Le Bain de Ciel et Le Bain de Lumière m’éblouit. Elle éveille l’écoute attentive, embarqué par La Voix qui déchire le calme de l’air, où l’écho traverse la rupture de deux Mondes. Libère l’esprit en laisse dans ce corps, comme un chien a son collier.
Cette Lumière enveloppe mon esprit comme une caillasse recouverte par l’eau. Le libère de son isolement, déjoue le mélange de la matière.
La corde de la basse cède l’instant à la douce harmonie.
Rester jusqu’ici dans le recueil de l’éveil.
Sensation enflammée, sollicitation variée, je réponds au compositeur, solennelle musique, dans l’espace un cœur de jouissance au visage de feu.
Je suis un intime acteur transporté dans l’espace céleste. Là, où commence à rythmer la musique des mots. Fidèle et rattaché  à La Vie, me transporte l’âme dans le bouillonnement d’un volcan qui crache une poésie de feu. Il fracasse les enfers par Le Joyau Du Verbe, dans la rage de la tempête, de la fusion de La Vie, bouillonne L’Amour d’un bruit de fin de Monde pourrie ! L’écume de la douleur s’évapore avec l’odeur des cadavres ! Les gigas octets de la violence coulent comme les eaux du Nil, et la lave devient le chaudron de l’enfer.
Malgré cela je suis attaché au goût de vivre et à l’espoir ! 
Mes paroles sont infidèles à la réalité de ce que je contemple, je me demande, si, déjà c’est un pêché ?
Contemplateur rescapé, rongé, consumé par le feu, exprimant des sentiments de chagrin en s’emparant de tout mon être.
Je contemple avec horreur le désastre de l’humanité ! Ma contenance dissimule mon trouble, et se répand dans mes sens.
Je lis sur le visage de l’humanité, animé de ses désirs comme un caprice, à la satisfaction mêlée de vanité.
J’éprouve un sentiment de dépit.
Humanité, je ne lui conteste pas ses idées d’une intention bien-fondé, légitimée, accepter la société dans laquelle je vis, et sans que je puisse objecter une opposition dans ce contexte de contemplation incompréhensible.
Je continue de croire que la tempête c’est prolongée depuis le déluge.
Esprit De Lumière, tu fais rentrer les méchants dans la poussière, qui croissent comme l’herbe ! Ils sont consumés par ta colère.
Mais, tu as pitié de tes serviteurs, et ta bonté nous transporte dans la joie et l’allégresse.
Celui qui est dans la grâce repose à l’ombre de Ta Puissance, Tu Es notre refuge ; Tu nous arroses avec une huile Pure. Les justes croissent comme le chêne de mes montagnes. Dans leur vieillesse ils sont pleins de sève, verdoyants et revêtu de Majesté. De Ton Lieu Céleste les ondes de Ta Voix retentissante se font entendre dans le cœur des justes, Tu ne laisses pas leur âme dans le silence. Tu tiens dans Ta main les profondeurs de La Terre et les sommets des montagnes. Vous tous habitant de La Terre, réjouissez-vous, Il Vient ! Le Feu marche devant Lui. Il embrase les méchants et ses éclairs illuminent Le Monde. Il garde les âmes fidèles qui ont le cœur droit, Sa Lumière Est Semée pour le juste. Il descendra Dans Une Colonne de nuée, Il Est Celui qui pardonne. Sa Bonté dure de génération en génération ; c’est-à-dire elle dure à jamais. N’ayez pas peur, Il Est Plein de compassion, sur La Terre des vivants, Il délivrera nos âmes, nos pieds de la chute et nos yeux de larmes. Amen.

dimanche 23 octobre 2016

article 227 « MOI », « JE-SUIS »

Le nouveau né pleure et sourit ; pourtant personne ne lui a appris à sourire ! Il est dans le juste milieu De La Lumière. Il y a un temps pour les pleurs et pour le rire. C’est pourquoi je fais en sorte de progresser dans le juste milieu.
Méditation
 
C’est en passant par votre « MOI » que vous serez sur le chemin,  de la vérité  et de la vie. Voilà le grand message du prophète : « MOI », «  je-suis…» personne ne va vers le Père sans passer par le « MOI ». Tu es « toi-même » en puissance la lumière qui luit, elle est au plus profond du cœur de toutes créatures.Le nouveau né pleure et sourit ; pourtant personne ne lui a appris à sourire ! Il est dans le juste milieu De La Lumière. Il y a un temps pour les pleurs et pour le rire. C’est pourquoi je fais en sorte de progresser dans le juste milieu.
Donc, restons toujours dans le juste milieu afin d’accomplir La Voie De La Lumière. Alors, L’Esprit de Celui qui « Est » nous emportera dans la vallée, là où l’esprit deviendra une âme vivante.

Depuis le commencement des temps, parmi toutes les communautés de La Terre il y a des guides, des sages et cela n’est pas une prérogative des seuls anciens.

Attention, aujourd’hui il y a aussi des prêtres et des chamans qui se proposent comme maîtres, en vendant des spiritualités et des objets miraculeux !

Mais le vrai guide vous apprend à trouver « sa propre voie » par la réalisation de SOI ; c’est-à-dire découvrir qui « suis-je » par ce point de l’infini qui habite en nous Par L’Energie De Vie.

C’est en passant par votre « MOI » que vous serez sur le chemin,  de la vérité  et de la vie. Voilà le grand message du prophète : « MOI », «  je-suis…» personne ne va vers le Père sans passer par le « MOI ». Tu es « toi-même » en puissance la lumière qui luit, elle est au plus profond du cœur de toutes créatures. Le « MOI » exerce les puissances du ciel dans mon « royaume » intérieur (Luc 17, 21), ainsi dans ma manière de vivre, de ma foi, de mes œuvres, je saurais qui « je suis ». Je-suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin de MOI-MÊME. Voilà le sceptre le pouvoir du « MOI » revêtu de lumière pour vêtement, source de vérité pour mettre en ordre tous les « royaumes » d’où sortirons des paroles éternelles, c’est-à-dire ceux qui entendent ma voix et ne s’endurcissent pas le cœur, car « MOI » « je suis » au milieu de chaque « royaume » !

Ainsi, vous ne serez pas considéré comme un « royaume » inférieur, mais vous recevrez la pierre blanche cité dans l’Apocalypse 2, 17, et à chaque « royaume » céleste sera donnée une pierre blanche sur laquelle est écrit votre nouveau nom que nul ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit. Ce nouveau nom sera « le mot-clef », et vous appartiendrez à « un royaume » d’un ordre supérieur où toutes les choses vous seront révélées.

C’est pourquoi la contemplation n’est pas le sens d’un rêve où d’une émotion remplie de mots. Elle est l’état du moi qui est le lien du je suis ; « MOI, JE SUIS » ! Le moi est la multiplicité du « UN qui est JE SUIS ». Le moi individuel sur la voie du « je suis » ; le moi est une étincelle de la grande lumière. Les « MOI » représentent les multiplicités de « VOIES ». Le moi est un chemin individuel sur lequel nous construisons « la vérité » ! « JE SUIS » est sans commencement sans fin, alors que le « MOI » c’est l’Alpha et l’Oméga ; le commencement et la fin reliés au MOI.

Le « moi » c’est la lueur de « l’énergie de vie » qui sommeil dans l’attente de l’éveil, pour contempler le lieu du «  je suis ». Le sage FOU nome cela ; la petite mort quand le moi meurt !

C’est dans l’ombre d’un immense cœur étoilé, où Dieu vivant, comme une flamme aimante et pénétrante en nous, fait de l’homme une lueur juste. Dans sa bonté il chasse les impuretés et ne se venge pas.

Tout-Puissant, il règne dans l’espace et nous enlace De Sa Lumière. Le triste gris s’efface, même dans la souffrance des plus désespérés. Sa grandeur nous éblouit dans un ciel d’azur rempli d’espoir.

C’est « en nous » que le Grand Architecte de l’Univers met en œuvre au cœur du « MOI » la ferveur, le zèle et la paix de celui qui recherche La Lumière.

 Au départ du voyage l’œuvre « d’amour » est vide de tout travail, mais, quand le voyage de l’homme commence, le travail par goût du profit le vide de tout « amour » ! L’œuvre accomplie par l’homme dans l’amour du bien, demeurera dans le bien éternel du Grand Architecte de l’Univers.

C’est pourquoi fortifiez-vous le cœur et réjouissez-vous car « MOI », « je-suis » !…le contemplatif dans un royaume qui considère toutes les oppressions dans les larmes, et personne qui les console, si ce n’est celui qui EST !

jeudi 20 octobre 2016

article 226 Beaucoup d’appelés et peu d’élu

La méditation et la contemplation sont la conscience du corps.
Méditation
La méditation et la contemplation sont la conscience du corps.
Pour comprendre cette affirmation des prophètes : « il y aura beaucoup d’appelé et peu d’élu » ; c’est-à-dire « à recevoir » ce don de l’intelligence Spirituelle, accordée POUR enseigner « Le Grand Nombre »,   afin de les amener à la connaissance Suprême des Mystères Métaphysiques Pour comprendre cette affirmation des prophètes : « il y aura beaucoup d’appelé et peu d’élu » ; c’est-à-dire « à recevoir » ce don de l’intelligence Spirituelle, accordée POUR enseigner « Le Grand Nombre »,   afin de les amener à la connaissance Suprême des Mystères Métaphysiques De La Lumière-Divine, et pour concilier toutes les religions à la connaissance Métaphysique des choses divines. Se sont les élus par égard pour les autres, élus pour enseigner et rassembler tous les Spirituels et les non Spirituels pour comprendre Le Mystère de notre propre nature et pour qu’à la fin « tous » puissent être sauvés.
C’est dans le temple intérieur de la contemplation que le mystère demeure caché !
Les élus se sont ceux qui possèdent la connaissance pour enseigner l’axé au « Saint des Saints » ; c’est-à-dire « Au Lieu où l’on peut Adorer Dieu : La Lumière (1 Jn 1, 5) ».
Les élus se sont ceux qui ont été choisis pour enseigner La Gnose par Amour des mortels, et non pas cette interprétation comme quoi les élus se sont les seuls humains à être Spirituellement sauvés !
Ce sont ceux qui ont ces dons Spirituels d’enseigner en prophétie, et de guérir en se distinguant les uns des autres par leur niveau de compréhension.
Les prophètes de toutes les nations sont venus nous Révéler que leur propre nature était identique à Celle De Dieu En La Lumière !
Se sont ces élus qui enseignent Ce Pouvoir Spirituel à ceux qui n’ont pas encore été initiés à la connaissance De Cette Lumière qui Se Trouve En tout homme.
N’accusez pas votre tête du fait qu’il ne vous a pas fait « œil » mais « doigt » ; et ne soyez pas jaloux de qui a été fait « œil » ou « main » ou « pied », mais rendez grâce de ne pas être en « DEHORS DU CORPS ». Oui, en dehors de Ce Temple intérieur où Se Révèle La Lumière ! Au « cœur » de ce corps où chacun possède un don Spirituel.
Quelqu’un a-t-il un don de prophète ? Partagez-le sans hésiter.
N’aborde pas ton frère avec jalousie ; comment savons-nous si quelqu’un est ignorant ?
Nous sommes ignorants quand nous les haïssons et les jalousons !
Tous les prophètes invitent les êtres humains à s’aimer les uns les autres, à travailler et à souffrir ensemble jusqu’à L’Harmonie Spirituelle En Cette Lumière, élément sur lequel toutes les communautés de La Terre, sans distinction de race doivent former le noyau de La « Connaissance » et de La « Gnose ».
Il ne s’agit pas d’être enfermé dans un système d’organisation élitisme religieux ! Mais d’ouvrir à tout à chacun Une Universalité Spirituelle avec l’accueille de toute classe sociale, de toute origine raciale ou culturelle, instruits ou illettrés ; Une Laïcité Spirituelle et Lumineuse !
Apprendre que la connaissance de soi Est Connaissance De Dieu !
Que Le Chemin, La Vérité et La Vie ne peuvent venir que par le « moi » du « je-suis » En La Lumière !
Car il y a de La Lumière à l’intérieur d’un homme De Lumière, et il illumine Le Monde Entier. S’il n’illumine pas, se sont Les Ténèbres.
C’est pourquoi le lieu que vous pouvez atteindre demeurez-y ! Chacun doit orienter l’esprit vers soi-même, vers « La Lumière intérieure ».
C’est dans cette discipline intérieure, solitaire que né L’Universalité Spirituelle !

article 225 J’AI EU UNE VISION

Cette nuit j’ai vu des femmes, des enfants et des hommes accablés de douleurs ; les larmes coulées sur leurs joues.
Méditation
C’est alors que dans ma vision apparut vêtu d’un habit grossier un saint homme. Il tendit à l’un d’eux un diamant resplendissant : « peux-tu donner ceci à une famille qui n’a pas de douleur », dit le saint.
Cette nuit j’ai vu des femmes, des enfants et des hommes accablés de douleurs ; les larmes coulées sur leurs joues. L’homme a ses poings fermés dans les poches, et il ne peut pas tendre les mains ! Il pleure et il est triste parce que ses poings sont fermés. C’est alors que dans ma vision apparut vêtu d’un habit grossier un saint homme. Il tendit à l’un d’eux un diamant resplendissant : « peux-tu donner ceci à une famille qui n’a pas de douleur », dit le saint. La personne prit le diamant et partit à la recherche de cette famille. Après avoir visité, parlé aux habitants et aux gens de la région. Chacun lui fit part de leurs peines, de leurs chagrins et de leurs douleurs, à tel point qu’elle écouta de son cœur bon et aimant. Au terme de ses recherches, elle retourna et rendit le diamant au saint homme. Sa douleur avait disparu !
Je vis certaines personnes se plaindre parce que le créateur a mis des fruits amers sur les arbres, et d’autres le louent parce qu’il a mis des fruits doux
Même le brouillard un jour se déchire et laisse apparaître La Lumière d’un autre matin, et nous entraîne sur notre chemin quotidien vers l’aube éternelle. Alors vient L’Esprit De Lumière nous apprendre dans l’espace de la nuit la plus noire, où mûrit notre attente et notre espérance vers la clarté de l’aurore, comme à la voile d’un bateau où l’éternel règle le vent.
Ce n’est pas parce qu'un homme tombe que le Samaritain  le ramasse, l’échec n’est pas d’être à terre, l’échec c’est de rester là, au sol, sans faire l’effort de se relever, car le lieu de la chute est toujours près de sa miséricorde.
Je suis dans ma contemplation, je me sens seul, incapable d’appeler ! Je vois l’homme épuisé qui s’endort au pied d’un arbre. Le voilà transporté et déposé sur L’Autel de La Divinité protectrice !
Au cœur de l’action le saint garde la sérénité. Il faut agir Dans Le Monde pour ce que l’on croit ; en ayant le cœur détaché du résultat.
On a été mis Au Monde pour ce combat de La Vie, on doit combattre le bon combat, tu es là pour agir, mais garde les mains propres. Agissons d’une façon détachée de l’action, dans la sérénité et hors de Ce Monde, afin d’être indifférent à la victoire. Les âmes bonnes sont tirées de leurs angoisses et la tempête de la vie réduite au silence.
Le toit qui nous protège des intempéries se construit par beau temps. Ce qui m’étonne moi-même, c’est l’espérance qui n’a l’air de rien, mais qui est immortelle !
Depuis les origines nous ne cheminons jamais seul. Le grand Esprit a établi son alliance pour les générations de toujours, avec toute religion et toute croyance. Je vois dans la grande lumière la bonne nouvelle annoncées par tous les Saints de la terre ; l’homme ne sera désormais pas seul sur le chemin de La Vie ! Beaucoup ont parcouru une longue route avec lui, leur cœur était  tout brûlant en eux, et ils n’ont pas compris.
Quand il y a de L’Amour, L’Esprit de Dieu Est Présent sur la route. Lève-toi mon ami (e), L'Amour Est Fort, et place le comme un sceau sur ton cœur. Il embrase comme le feu, c’est la flamme Du Tout Puissant ! C’est L’Energie-divine qui se déploie sous le signe du FEU et de La LUMIERE sur Toute La Terre.

article 224 On a intellectualisé le message divin !

J’ai observé qu’en intellectualisant le message Divin, nous commettant le péché !
Méditation
C’est par l’intellectualisation  de la raison que nous nous éloignons du message Divin. Parce que la matière de la raison est un élément fini, alors que l’esprit du message Divin est un élément infini.J’ai observé qu’en intellectualisant le message Divin, nous commettant le péché !
C’est par l’intellectualisation  de la raison que nous nous éloignons du message Divin. Parce que la matière de la raison est un élément fini, alors que l’esprit du message Divin est un élément infini. Il y a là, un choc de deux mondes ; l’un fini et l’autre infini.
L’enfant n’intellectualise pas dans ses premiers pas le message d’un père ou d’une mère. Quand on dit à un enfant : ne touches pas à cette flamme – tu vas te brûler et avoir mal – mais si, l’enfant la touche et se brûle, c’est alors qu’il va comprendre que le message est « vrai » !
C’est parce qu’il n’intellectualise pas le message, qu’on dit qu’il agit inconsciemment. Il ne comprend pas mécaniquement la signification de se brûler et d’avoir mal.
C’est à partir de l’accomplissement de l’acte mécanique que l’enfant comprend le message, et que la confiance va ou doit s’instaurer  entre le parent et l’enfant.
Il en va de même pour l’homme. Il ne comprend pas le message Divin, en l’intellectualisant il risque d’agir inconsciemment, parce qu’il ne comprendra pas et parce qu’il ne cherchera pas à comprendre, il se brûlera et il aura mal.
Au premier plan de notre esprit notre foi doit-être centrée sur « le ou les messages des Grands Saints ».
C’est sur La Lumière De La Parole et de leurs messages que notre foi doit-être édifiée.
Mais voilà, comme le message Divin est omniprésent et infini, il ne restera à l’homme que le temps qui lui est imparti pour comprendre « le ou les messages d’AMOUR » : « Aimez-vous les uns  les autres comme moi je vous ai aimé » !
Et c’est par cet esprit de sacrifice mécanique que le saint veut faire comprendre à l’humanité qu’en intellectualisant son message de paix et d’amour, nous envoyons le sage et l’agneau à l’abattoir. Nous observons, AUJOURD’HUI, ce rituel intellectualisé par des milliards d’individus qui ne comprennent toujours pas LE MESSAGE !
Le Rabbin Yéshua, « L’Être d’éveil » qui a fait le don de « SOI  total » pour sauver tous les êtres de cette terre. Il a donné toutes les règles à suivre qui conduisent à l’illumination ! Il a réalisé quantité de choses extraordinaires comme beaucoup de prophètes qui les amenèrent à l’état de saint.    

article 223 AUX FRONTIERES DE LA MEDITATION

Je pars guerroyer sur les frontières de la méditation pour observer toute la science du monde. Les images qui se présentent à moi se mettent à l’œuvre.
 MEDITATION

Ma pensée devient comme un clic d’une sourie d’ordinateur qui ouvre une fenêtre, par laquelle je pénètre dans un monde que j’observe, et que  je ne pourrai comprendre tout seul  pour résumer tous ces savoir et toute cette sagesse qui sera dans un futur proche. Seule consolation de ma contemplation ; vivre le moment présent !
Je pars guerroyer sur les frontières de la méditation pour observer toute la science du monde. Les images qui se présentent à moi se mettent à l’œuvre. Ma pensée devient comme un clic d’une sourie d’ordinateur qui ouvre une fenêtre, par laquelle je pénètre dans un monde que j’observe, et que  je ne pourrai comprendre tout seul  pour résumer tous ces savoir et toute cette sagesse qui sera dans un futur proche. Seule consolation de ma contemplation ; vivre le moment présent ! Car je vois que les hommes ne sont que des bêtes, et ils ont un même sort ; comme meurt l’un, ainsi meurt l’autre, ils ont un même souffle. Ainsi, la supériorité de l’homme sur la bête est nulle ; car tout est vanité Dit La Parole ! C’est encore là une vanité à la poursuite du vent.

Les yeux de l’homme ne sont jamais rassasiés de richesse. Nous venons de la poussière et nous retournons à la poussière. L’homme peut se réjouir de ses œuvres ; c’est là sa part, mais qui le fera jouir de ce qui sera après ? L’homme monte-t-il en haut ?  Et le souffle de la bête descend-t-il dans la terre ? Un homme a dit : « le doute est le pire de tous les mots car il l’est suppose tous ». La sagesse de l’homme peut-être blâmable, car son ambition devient le refuge de l’échec. Ne t’étonnes point des paroles des politiques vaniteux, car ils oppriment le pauvre et la violation du droit et de la justice. Ils aiment les richesses et ils ne sont pas rassasiés par l’argent ; nous le voyons de nos yeux !

Leur rassasiement ne laisse pas dormir le travailleur. Ils reviennent toujours à la charge du pouvoir quand le bien abonde. Nous voyons pour certains leur richesse se perdre par quelques événements fâcheux, et il ne reste rien entre leurs mains, que plus de dette pour les citoyens, et que le nombre des jours de vie qui leur a été donnés ; car c’est là leur part ! Ce sont des hommes qui restent couvert de ténèbres.

Qui sait ce qui est bon  pour l’homme dans la vie, pendant le nombre de ses jours de sa vie de vanité qui passe comme une ombre ? L’oppression rend insensé le sage, et les présents corrompent le cœur. Vanité que tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le ; car il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, là où tu vas. Mais toi, ne te hâte pas en ton esprit de t’irriter contre eux, car l’irritation repose dans le sein des insensés. Il n’y a point d’homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais. L’ombre de la sagesse on est abrité parce qu’elle fait vivre ceux qui la possèdent. Les paroles des sages tranquillement écoutées valent mieux que les cris de celui qui domine parmi les insensés.  

Gaspiller le temps qui passe c’est perdre celui qui vient. En attendant qu’aujourd’hui devienne demain, on ne connaîtra jamais assez  les bienfaits du présent. Tout est lié, la pierre et l’eau, le ciel et le feu, le souffle et la vie. C’est pourquoi tu peux être pauvre dans ton « royaume ». Mais, quand tu entres dans la contemplation, approches-toi pour écouter la petite voix, et n’offres pas des pensées insensées, car elles te feront du mal, c’est ainsi que les songes naissent des préoccupations, et la petite voix ne peut se faire entendre. Car il y a des vanités dans la multitude des songes, il y en a aussi dans beaucoup de paroles. Ne te presses pas d’ouvrir le ciel et que ton cœur ne se hâte pas à s’exprimer, car ton cœur  reste sur terre et la pensée au ciel. On a mis dans le cœur de l’homme la pensée de l’éternité, et chercher l’éternité, c’est comme aller de nuit vers le soleil pour ne pas se brûler ! Chacun d’entre nous sur terre ne peut saisir l’œuvre du commencement jusqu’à la fin, car ce qui est a déjà été, ce qui sera a déjà été, et l’éternité ramène ce qui est passé dans l’œuvre originelle.

mardi 18 octobre 2016

article 222 MORTEL DANGER

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur.

Méditation
 
Mortel danger pour la foi du vainqueur ! Qui veut faire chanter des cantiques par les pleurs d’un peuple écrasé par le désespoir d’une patrie perdue ! L’humanité et les prêtres sensés  de toutes croyances savent que nous aimons le même Dieu unique. Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Mortel danger pour la foi du vainqueur ! Qui veut faire chanter des cantiques par les pleurs d’un peuple écrasé par le désespoir d’une patrie perdue ! L’humanité et les prêtres sensés  de toutes croyances savent que nous aimons le même Dieu unique. Aujourd’hui un rapprochement de tous les peuples s’impose, pour un cœur nouveau et un esprit nouveau, où nous serions qu’un seul peuple « terrien » avec l’amour d’un Dieu unique ! « MAIS » dans le respect de chaque culture, de chaque tradition et dans le respect des lois pour la liberté de chaque individu ; et de surtout protéger le non croyant dans sa liberté.

Les sens de l’homme peuvent « servir » et « desservir », et nous conduire dans une prison d’où jamais on en sortira. Où l’on tournera en rond dans des murs aux tristes charmes et aux impressions douces ! L’amère douceur traversant l’ombre d’un rayon du soir, transperçant des bonheurs disparus, souillés par l’œil des corbeaux ! Ombre morte dans le cœur d’une prison, aux fenêtres fermées. Méfies-toi de ces sens aux parfums exaltés ! Le pas du sage se méfie des « SENS » dans ses nuits pensives aux méditations douteuses. Méditation d’un cœur accablé par la subtilité de la raison, comme un rocher qui fait chanter l’eau d’un ruisseau ! Ou comme la tuile d’une maison qui protège des intempéries mais non de la foudre !

L’homme est un esclave de son mental et il se détruit par lui. Cela demande une maîtrise formidable et une conscience éveillée aux lois cosmiques. L’appel mystique enflamme notre lampe et l’on s’abandonne à l’union en transmutant notre mental vers un cœur ouvert ! N’en doutez pas, cela est très long dans ce monde de violence et d’agression.

Mon but ici est de vous aider à réaliser cette chose. Je peux vous guider mais je ne peux pas faire l’effort pour vous. Maintenant à vous de choisir ce que vous voulez ? Un homme contemplatif est un homme où une femme qui vit. Ils se mettent à la disposition ou à l’écoute de la petite voix ; c’est-à-dire être sur la même longueur d’onde, éliminer tous les parasites pour purifier notre cœur et tous les sens, à « l’amour » dans la volonté et pas dans le sentiment.

C’est une œuvre « PERSONNELLE » sans contrainte, sans système, sans exclusion sans blason symbolique, basée sur l’union collective pour trouver le lien de l’unité Dans La Lumière-Divine ; c’est-à-dire cet « amour » comme devise « d’un seul cœur » !

Je vais vous dévoiler les outils que j’utilise pour mon cheminement. Mais je vous conseille personnellement de ne prendre aucun « Directeur » de conscience, Le Maître la FORMELLENT  déconseiller (Mat 23, 10). Pour vous guider dans ces exercices, vous devez faire Appelle Directement à La Lumière-Divine : « Ce ne sont pas la chair et le sang qui t‘ont Révélé cela, mais Mon Père qui Est Dans Les Cieux (Math 16, 17) ». Pour la simple raison, de ne pas subir d’influence, et d’être cloîtré dans un système directeur.

Mon expérience personnelle que je délivre ici, est la marche d’un vivant :

*outil 1 : le juste milieu : réaliser d’abord une harmonie entre l’esprit et le corps ; c’est-à-dire entre l’homme extérieur et l’homme intérieur.

*outil 2 : charité, intégrité, loyauté : utiliser une concentration active extérieure, puis maîtriser petit à petit cette action en mouvement pour cheminer vers un équilibre et une harmonie dans l’activité quotidienne. Vient alors un cheminement vers la réalisation intérieure.

*outil 3 : esprit de détermination : en apprenant à se transformer, c’est-à-dire à transformer notre propre cœur  sans l’aide de notre pensée, mais avec notre propre énergie de Vie nous devons occuper et orienter notre esprit, là où va notre attente ou notre destin ! C’est-à-dire en notre confiance en nous-même ? En effet, cela dépend de toute volonté  et de tout état d’esprit à faire preuve de courage pour la victoire sur le doute ! Victoire sur un cœur lacéré par la souffrance et le pessimisme. Soyez l’homme du grand départ en remontant jusqu’aux origines de ses traditions pour donner un sens à sa vie de Lumière. Puis utilisons : « L’Energie Divine qui est en nous (Luc 17, 21) », pour sortir victorieux de tous les combats, en mettant la sagesse au premier plan pour résoudre et gouverner toutes nos préoccupations.

*outil 4 : Bonne perception, intuition, discernement : passer d’une méditation active à une méditation passive ; c’est-à-dire de l’homme enchaîné à l’homme désenchaîné. Vous commencerez à pénétrer librement entre le ciel et la terre dans la « voie » aux milliers de routes ! La vérité demeure et réside dans le cœur de l’homme, le corps est un édifice et un sanctuaire sacré De Lumière, c’est : « notre ROYAUME (Luc 17, 21) » où habite l’esprit.

*outil 5 : patience, persévérance : Le « Royaume » de Dieu est en chacun de nous (Luc 17, 21), quand nous prenons la route vers lui, nous voyons se lever de l’ombre Une Grande Lumière qui brise les chaînes de la souffrance, ainsi la paix inspirée par l’esprit nous guide sur Le Fil conducteur de L’Eternelle VOIE De La Lumière-Divine.

Tel est le cheminement pour une transformation contemplative. Se sont des ressources naturelles dans les profondeurs de l’homme. Le succès personnel de cette transformation vous permet de traverser les périodes de maladie, de soucis et de difficultés avec force et succès, ce qui aurait pu anéantir une personne de persévérance  plus faible.

Un des grands buts de la philosophie Métaphysique contemplative, c’est de pouvoir aider l’humanité à la culture de L’Esprit en Lumière, à la connaissance des richesses énergétiques intérieures, et à partager cette capacité de l’homme pour apporter à autrui une faculté existante de bien être dans celui qui « EST » de Toute Eternité : LUMIERE.

article 221 NOURRIR L’INCONSCIENT

Le rêve, la méditation puis la contemplation nourrissent notre inconscient, ils nous accompagnent tout au long de notre vie, pour notre évolution, développent en notre esprit une puissance indispensable à la réussite de notre aventure intérieure et Céleste.

Méditation


C’est en accomplissant nos possibilités pour la réussite de notre aventure personnelle, que nous pouvons nous mettre au service de la communauté, pour indiquer le chemin de « La Voie » Lumineuse, qui conduit à La Vérité Ultime.

Le rêve, la méditation puis la contemplation nourrissent notre inconscient, ils nous accompagnent tout au long de notre vie, pour notre évolution, développent en notre esprit une puissance indispensable à la réussite de notre aventure intérieure et Céleste.


C’est en accomplissant nos possibilités pour la réussite de notre aventure personnelle, que nous pouvons nous mettre au service de la communauté, pour indiquer le chemin de « La Voie » Lumineuse, qui conduit à La Vérité Ultime. Non pas, en leur apportant la vérité, mais en leur indiquant les outils pour y parvenir. Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever ! Si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister ; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement.

L'observation contemplative est une expérience méticuleuse « Directe » venant De La Lumière-Divine, qui nous conduit sur un cheminement personnel. Mettant ainsi en valeur, sa propre intégrité et ses capacités à construire et à édifier sa réussite sur la générosité de sa propre vie, pour aider les hommes à utiliser cet inestimable don de la nature.

La contemplation est un pouvoir que chaque homme et chaque femme peuvent utiliser. C’est une force qui peut nous rendre différent des autres. Nous puisons à La Source Cette Lumière cachée dans le cœur, semblable à une graine semée dans la terre. Qui ne demande qu’à transmuter vers Cette Force, Ce Pouvoir-miracle qui mène à l’exploration du voyage interne. Comme le lait blanc et le beurre jaune, produit de la nature-alchimiste de l’herbe verte ! Cet étrange pouvoir venu des mêmes produits élémentaires  à la transformation  de La Vie. Transformation de La Puissance d’un cœur Spirituel sur la puissance mentale des idées, transmutées en une seule forme pensée ; c’est la loi de La Transmutation Spirituelle Par L'Energie De La Lumière-Divine.

Le pouvoir de l’esprit sur la matière a permis de contrôler les éléments, de guérir des malades et de ressusciter des morts. Ce produit de la nature nous permet d’arracher et de convertir une substance matérielle en Une Energie Spirituelle. Comment utiliser cette force créer par la nature et réservée à l’homme, comme un cadeau pour utiliser ce secret métaphysique éternel ; transformer des idées créatrices en une énergie de forme pensée Spirituelle et Eternelle ? C’est ce que je vous révèlerais dans mon prochain article….

lundi 17 octobre 2016

article 220 REALISER C’EST FINIR

C’est comme un signe venu d’en haut pour donner du sens à ma vie, comme un lien de foi d’une destiné commune de La Terre et Du Ciel dans un rêve central qui me donnerait la force et la sécurité.
Méditation
 
Réaliser son rêve c’est n’avoir aucune raison de continuer à vivre ! C’est ce qui me donne la force de supporter toutes les souffrances, tous les malheurs, de sorte que je préfère me contenter de rêver d’un paradis, d’un monde meilleur. Voyager les pieds sur terre et la tête dans les étoiles ! Réaliser son rêve c’est n’avoir aucune raison de continuer à vivre ! C’est ce qui me donne la force de supporter toutes les souffrances, tous les malheurs, de sorte que je préfère me contenter de rêver d’un paradis, d’un monde meilleur. Voyager les pieds sur terre et la tête dans les étoiles ! Mais les deux voyages sont difficiles à réaliser, car quand le vent vient, mon corps et ma tête ont du mal à poser les pieds l’un devant l’autre ! C’est comme un signe venu d’en haut pour donner du sens à ma vie, comme un lien de foi d’une destiné commune de La Terre et Du Ciel dans un rêve central qui me donnerait la force et la sécurité. Rêve de choisir une vie stérile ou un projet de vie sur une voie spirituelle à l’exemple des ancêtres.

Parfois dans mes rêves j’entends au plus profond de moi-même comme un appel, retournant mon regard je vois jaillir et apparaître du fond de mon cœur une image, semblable à une fenêtre que l’on ouvre sur l’écran d’un ordinateur pour pénétrer dans un espace choisit. Sous la direction d’une Puissance Lumineuse, dans Une Nouvelle Dimension, l’invitation invisible glisse en moi comme une révélation insondable d’un état de grâce oublié !
 
L’expérience pousse la porte d’un Autre Monde d’Une Luminosité insoutenable, montre en un instant l’être absurde que je suis ! Ebloui par La Réalité de Celui qui EST là ! Transfiguré, à l’évidence Au Sommet De L’Univers. A cet instant ma vie illuminée trouve son orientation et le but ultime de La Voie. L’Infini Présent devient mon entendement humain sur lequel je flotte dans Un Océan de Paix incommunicable, dans un mouvement d’expansion et d’une émotion illimitée, dans cet espace intemporel et De Nature Divine.

L’illumination a frappé à ma porte et je suis entré !

Surgit dans cette contemplation Une Voix Au Murmure Doux et Léger qui fait trembler mes os en disant : « croyez en votre conception, soyez réaliste en vous-même sur l’impossible réalité, et tout vous sera possible ! Le Dieu qui Est En vous a confiance dans vos possibilités », La Vérité Est Un Univers sans chemin spatial car Elle Est « La Voie » de celui qui la conçoit ! Et L’Ami c’Est quelqu’Un qui peut en lire autant dans ton cœur que dans tes écrits.

article 219 MEDITATION / CONTEMPLATION

Je suis soumis à un mouvement de bonheur, à une énergie qui semble me purifier ! Je me sens soudain soulever dans les airs, changé de forme dans un prolongement lumineux traversant les cieux.
Méditation
 
Quand je médite, que je contemple toutes ces beautés, et que je m’abandonne au repos sans désir extérieur, avec la paix, le calme et le silence qui règne au plus profond de mon être. Quand je médite, que je contemple toutes ces beautés, et que je m’abandonne au repos sans désir extérieur, avec la paix, le calme et le silence qui règne au plus profond de mon être. Je suis soumis à un mouvement de bonheur, à une énergie qui semble me purifier ! Je me sens soudain soulever dans les airs, changé de forme dans un prolongement lumineux traversant les cieux. Je suis comme anéanti, sans désir, sans passion, comme une pensée profonde qui voyage dans l’espace. Libre du dedans et du dehors, sensation étrange !
 
Je n’agis pas, je ne pense pas et je m’élève naturellement. Je ne sens aucun corps, aucun mal, aucun besoin de parole. Je n’accomplis pas, JE SUIS UNE PENSEE ! Mais je perçois spontanément un désagrément, comme l’écho de mon corps qui appelle mon esprit. Je ne peux m’échapper à cet homme mon corps ! Son bonheur est immense, je suis comme un feu brûlant pour son secours qui ne peut-être divisé pour s’éveiller en lui-même.
 
J’ai abandonné ce corps comme on abandonne les richesses de ce monde. Faire le mal c’est être dans ce corps, et être dans ce corps, ce n’est pas sage ! Alors pourquoi ai-je de la compassion pour mon corps ?
 
Mais pour le salut de ses parents, de sa famille, de ses amis et pour le bonheur de l’homme ordinaire qui veut aller au fond des choses, et anéantir le « moi-je » vaniteux. Je vais au secours et à la rencontre de cet homme ou de ce corps, rétablir son cœur dans la sérénité, et être conforme à sa vie.
 
Pourtant je suis moi ! Et il y a un pouvoir que je ne maîtrise pas. Continuer à endurer les outrages, se plaindre, être honoré des hommes, se battre contre les impuretés de son cœur pour devenir intérieurement pur et sans taches.
 
Voilà mon destin, le destin de magnétique, ne pas rester un ignorant, un aveugle, un sourd et prendre garde à ne pas faire le mal !
 
Je ne veux pas être cet homme, cet homme comparable à celui qui crache vers Le Ciel. Mais, d’aller au fond des choses quand on veut tout savoir, de contrôler sa vie afin de ne pas mourir aux offrandes Du Ciel.
 
Endurer sans se plaindre, et ne pas ressembler à de l’eau trouble, mais à une eau purifiée et limpide.
 
Un cœur troublé ne peut pas voir La Voie, car c’est comme essayer de regarder son image dans une eau trouble !
 
Je reste dans ce corps pour ressembler à l’homme qui porte un flambeau dans une chambre obscure pour mettre fin à l’obscurité.
 
La lumière-Divine éveille l’ignorant que je suis et qui se met à réfléchir pour mettre fin à la stupidité.
 
Regardez Le Ciel, La Terre, les montagnes, les rivières, La Beauté des choses, tout n’est qu’apparence et ne sont pas éternelles. En gardant de telles pensées le cœur agit à la racine de la foi, et réussit à obtenir rapidement La Voie qui conduit Au Bonheur sans mesure.

 

article 218 PUISER A LA SOURCE

Hommes, femmes, prêtres, nonnes, croyants de toutes les religions et de tous les dieux qui prennent refuge dans la contemplation, reçoivent un enseignement à La Source qu’ils mettent en pratique, et deviennent fils et filles du « Vrai-Dieu » appelé le Suprême éveil, L’Honoré du Monde.
Méditation
 

Celui qui prend l’ascenseur trans-ascensionnel, pourra visiter les mondes spirituels et connaître les choses telles qu’elles apparaissent en plénitude pour sa propre sagesse. Habillé d’une pensée et de foi libérée, il est destiné à une lumière sans mesure et à la vie infinie.Hommes, femmes, prêtres, nonnes, croyants de toutes les religions et de tous les dieux qui prennent refuge dans la contemplation, reçoivent un enseignement à La Source qu’ils mettent en pratique, et deviennent fils et filles du « Vrai-Dieu » appelé le Suprême éveil, L’Honoré du Monde.
 
Celui qui prend l’ascenseur trans-ascensionnel, pourra visiter les mondes spirituels et connaître les choses telles qu’elles apparaissent en plénitude pour sa propre sagesse. Habillé d’une pensée et de foi libérée, il est destiné à une lumière sans mesure et à la vie infinie.

Celui qui a quelque doute, il faut qu’il voyage au pays de la contemplation, dans son interrogation, il sera enseigné, de sorte que son esprit soit satisfait.
 
Chacun possède sa propre sagesse en plénitude. Elle ne vient pas d’autrui, mais de la pureté de la nature profonde au cœur unifié avec celui qui « EST »,  à l’attention sereine de la moralité, de la compassion et de L’Amour qui ne demande qu’à s’éveiller dans le cœur de chacun de nous, pour atteindre la perfection de la sagesse, et ainsi produire une pensée de foi pure et demeurer dans la paix.

Parfois le murmure qui vient du plus profond de mes entrailles perce mon cœur au point de me surprendre moi-même. Je n’arrive pas, bien souvent à exprimer la substance du noyau initial d’où émane de La Lumière et de La Vie des paroles sans-mesures, « à l’infini », elles apparaissent remplies de Toute-connaissance !
 
J’ai beaucoup de mal à réaliser et à exprimer La Grande Beauté de ce que j’entends dans mon cœur. La pureté profonde des mots, des phrases dans une perfection D’Amour et De Sagesse, qui arrivent avec une harmonie qui fait vibrer mon âme.
 
C’est comme un parfum de fleur que l’on reçoit, comme une rétribution qui nous plonge dans Un Océan de Bonheur inexprimable, seul une « pensée de foi » peut comprendre et en saisir le sens. Où l'on puise à La Source D’Eau pour La Vie Eternelle, La Vie Eternelle quand on a soif et à La Vertu quand on commence à boire.

 

article 217 AMOUR/MEDITATION/CONTEMPLATION

Ainsi né dans notre cœur le désir du détachement de la stupidité, de l’amour bestial et de la haine qui ne sont que de longues chaînes attachées aux mains et aux pieds d’un prisonnier.
 
Amour, Source Originelle pour La Vie, placée dans notre cœur de la foi, où se réalise et se prend la nourriture de la voie, pour comprendre que le cycle de la naissance et de la mort ne s’arrête pas, c’est le temps d’un aspire et d’un expire !
Amour, Source Originelle pour La Vie, placée dans notre cœur de la foi, où se réalise et se prend la nourriture de la voie, pour comprendre que le cycle de la naissance et de la mort ne s’arrête pas, c’est le temps d’un aspire et d’un expire !

Ainsi né dans notre cœur le désir du détachement de la stupidité, de l’amour bestial et de la haine qui ne sont que de longues chaînes attachées aux mains et aux pieds d’un prisonnier.
 
C’est pourquoi, tous ceux qui méditent sur la voie intérieure peuvent échapper à toutes les souffrances, car tout est en devenir et n’existe pas vraiment. Le « moi » né et ne dure pas, comme l’odeur d’un parfum que l’on respire tant qu’elle est présente !

L’homme qui s’attache à La Voie, défait la représentation de l’image qu’il a construit de « ses pensées », comme l’image d’un mandala que l’on a défait, grain après grain, pensée après pensée,  et qui aura disparu comme un tour de magie !

Méditer d’un cœur sincère pour échapper à toutes les souffrances. Considérez la méditation comme une barque chargée de pierres précieuses, véhiculant un rêve de lumière à la couleur d’or, à la contemplation comme un bouquet de fleurs multicolores, devant le regard de celui qui cherche la voie, porté par la puissante colonne de pierre reposant sur la concentration, l’unique terre de sérénité.
 
Tous les êtres qu’ils marchent ou qu’ils rampent, passent d’un côté de la rive à l’autre côté de la rive.

L’homme qui abandonne les désirs et les attachements jusqu’à leur épuisement, au point de ne plus réapparaître, sortira de la souffrance. Ainsi, il pourra commencer une conduite, un recueillement sur la voie de la sagesse, et la délivrance sera réalisée. Doté d’aucune souffrance, il aura dans son cœur aucune haine, aucune rancune et aucun chagrin parmi les hommes, jusqu’à la réalisation de sa paix, de sa tranquillité et de son bonheur accompli.
 
Un tel homme s’emploie à l’éveil, et en écartant les passions, il ne tombera pas dans une mauvaise destinée.
 
Les racines de la contemplation lui permettront d’atteindre peu à peu le mérite inépuisable du bien, pour obtenir l’étude de La Voie Céleste. Grande étendue qui rend pur les êtres vivants et augmente la pureté de ceux qui le sont. 
 
Ainsi l'homme devient disciple du Grand Esprit, et il empêche la colère et la sottise. Son cœur est droit et sincère. Son esprit devient comme de l’eau vive, coule et se déverse toujours davantage pour gagner la joie qui en découle. Alors, naît le contentement, remplit son corps de calme, de savoir, de pratique et reçoit un océan limpide de bonheur. Il demeure dans ce recueillement pour atteindre la sagesse dans les voies divines et célestes.
 
Tout homme doit s’appliquer à respecter et à se rappeler jour après jour les qualités de La Loi et De La Parole, des nobles préceptes et les qualités de la communauté. Il devient alors " Un Réalisé ", un tout-éveillé, un saint doué de savoir et de pratique au service des hommes, ayant en lui aucun orgueil. Son simple souhait se rendre là où il a l’intention d’aller, en se réalisant à la perfection. Les sages appellent un tel homme le « bien-allé », grâce à son authentique sagesse, rejetant toute hésitation, capable en tenant ferme, d’aller jusqu’au fruit des destinés humaines et divines. Il est devenu « bien-allé » à cause de ses propres pensées qu’il a su discipliner, et amener toutes impuretés jusqu’à la délivrance. Doté de sagesse on l’appelle aussi « l’éveillé » !