Physique quantique

Loading...

INFORMATION

L'EVANGILE DE LUMIERE SOURCE AU COEUR DE LA TORAH

Le Rabbin Yéshua, Vrai Maître et Vrai Juif, a Dit de Sa Propre Bouche, VOUS : " Vous Adorez ce que vous NE CONNAISSEZ PAS ; Nous, Nous Adorons ce que Nous CONNAISSONS, car LE SALUT VIENT DES JUIFS, (Jean 4, 22) ".
Le Salut ne vient d'aucune religion, sauf, De La Maison d'Israël. Qu'on se le dise : " une fois pour toute ".


Lorsque vous cliquez sur un des liens : Un pouvoir Spirituel usurpé, descendez pour lire l'article.

UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE 1 : http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/article-23-un-pouvoir-spirituel-usurpe.html
UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE 2 :http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/article-22-un-pouvoir-spirituel-usurpe.html
UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE 3 : http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/article-21-un-pouvoir-spirituel-usurpe.html
ATHANASE DALEXENDRIE FILS DU PORTEUR DE LUMIERE 4 :http://magnetique38.blogspot.fr/2016/07/athanase-dalexandrie.html
L’UNIVERS D’UN PROPHETE !

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Méditation

Le plus étrange des visionnaires inspirés par L’Amour de La Lumière, il éveille ses facultés d’une puissance Supranaturelle ! L’état d’illumination plonge son âme Dans La Lumière d’une science des temps futurs. Il révèle un style, une méthode d’une surprenante actualité. L’Action de La Lumière sur le Prophète cherche à s’assurer de son concours pour écrire et publier :
« l’Evangile de Lumière ».

VISION DE DANIEL 12 v 1, 3, 4 :

En ce temps là il « se lèvera un temps d’affliction, tel qu’il n’y en a pas eu depuis que les nations existent jusqu’à ce temps-ci. » « Ceux qui auront été des clairvoyants resplendiront comme la splendeur de l’étendue Céleste, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude comme des étoiles, à toujours et à perpétuité. Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Beaucoup alors le liront, et la connaissance augmentera. »

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. L’ANGE DE MA CONSCIENCE

Méditation

Mon Ange m’a demandé d’écrire ce message pour l’homme qui se présente :

Bonjour mon ami,

Oui toi, qui me lis ? Je t’ai fait venir jusqu’ici, parce que je me soucie de toi. Tu étais préoccupé et j’ai attendu en espérant que tu viennes ! Enfin tu es là. Je veux te donner de ma Lumière pour ta vie, de l’énergie pour ta santé, et de la paix pour te reposer. Je t’ai attendu depuis bien longtemps. J’ai eu mal.
Mais aujourd’hui te voici, j’ai beaucoup de Lumière pour toi. Hier quand tu étais endormi, j’ai chuchoté à ton âme. J’ai répondu un rayon de Lumière sur ton esprit. Tu te sentais tellement seul, le cœur brisé, j’ai entendu ton cri ! Et j’ai murmuré mon Amour au plus profond de ton cœur. Oh ! Si seulement tu venais en ma Lumière, me laissais te parler, et marchais avec moi pour t’éclairer ! Je t’ai fait aussi venir jusqu’ici parce que je veux t’aider, ce n’est pas par hasard que tu me lis ;
mon serviteur aussi veut t’aider. Dans l’Unité nous avons tellement à partager avec toi. Tu es libre de venir à moi. Je ne m’impose pas. Je t’ai choisi à cause de l’Amour que tu as dans ton cœur. Car je sais que c’est difficile de vivre sur cette terre. Je le sais, ils m’ont torturé. Mes douleurs et mes larmes sont pour ceux qui viennent à moi, en ma Lumière. J’ai le pouvoir de parler à chacun d’entre vous dans l’intimité de votre cœur, comme je le fais pour mon serviteur Victor. Car chacun peut recevoir en lui-même ma Parole. Prends soin de cette Lumière s’il te plait, lis le témoignage de mon serviteur. Laisses-toi envahir par ma Lumière, en Elle, appelle-moi, demande-moi et parle-moi ? Je suis patient, et dans l’Amour j’attendrai, car j’ai consacré l’éternité pour que l’on vive ensemble dans mon Royaume. Pour les justes « j’étends mon filet, je les précipite comme les oiseaux du ciel (a) » ; « les jours de mon intervention arrivent, et mon prophète est un filet d’oiseleur. Il est une sentinelle pour mon peuple, le monde le traite de fou, comme un homme inspiré qui a le délire (b) ! » Je l’envoie pour que mon peuple sème pour la justice, moissonne dans la loyauté, et afin qu’il défriche pour le champ nouveau. Car l’esprit qui est envoyé sur ce blog : « C’est parce qu’il lui a été donné de connaître les mystères du Royaume des Cieux, et qu’à d’autres cela n’a pas été donné. Je donne à celui qui a, et il sera dans l’abondance. Parce que son cœur est devenu sensible, qu’il peut voir de ses yeux, entendre de ses oreilles et comprendre avec son cœur. Mais maintenant dans ces temps de la fin, l’homme peut entendre et comprendre les choses cachées depuis la création (c) ». Il est Tant de prier L’Eternel, car Je Viens ! Amen.

a) Osée 7, 12. b) Osée 9, 7-8. c) Matthieu 13, 11, 12,
14-15, 35.

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Le Prophète, dans cet Evangile de Lumière, par son essence énergétique, on ne saurait trouver plus grand témoignage et révélation de Dieu qui est un être de Lumière. Et c’est dans son triangle spirituel, dans ses manifestations et mouvement intérieur que Dieu lui parle ! Ivre de Lumière, suspendu dans la sphère céleste au paysage grandiose, il répond à l’appel de l’Amour à l’Amour, laisse son cœur du vivant s’élever, et abandonne son âme au rythme et au mouvement éternel. Il nous révèle cet Evangile de Lumière qui a été annoncé depuis la genèse des temps. Et il nous dit, cherche la Lumière et tu trouveras ton âme qui en découle. Car quand tu la possèdes en toute vérité, tu la possèdes en tout lieu, en tout espace et en tout temps. C’est elle qui inspire les visions du Mystique dans son exploration intérieur. C’est Martello « le Marteau des hérésies » qui met le monde en mouvement vers la Lumière des derniers temps. Resplendissante par Amour en toute chose. Celui qui aime ardemment trouve la Lumière de ce qu’il aime. Dans l’approche de sa perception intérieure, il augmente son discernement, et tel un amoureux, il découvre dans son âme et dans son cœur la vive et véritable connaissance dans la vie spirituelle émanant de la Lumière. Au plus haut degré de sa puissance, l’homme doit veiller à s’élever constamment dans son intellect, et dans sa volonté de grandir sans cesse dans l’attente de retrouver le Maître de Lumière. Excellence Suprême infaillible à l’image du Messie !

Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. CHERCHER LA VERITE

Je recherche la vérité, la vérité qui me relie au cosmos. Je construis la prose intérieure, la prose de ma genèse personnelle. Je suis le contemplatif et je contemple pour survire !
Je plonge dans le symbole de l'univers. J’alimente par le mot la surprise. Je ressens et découvre l'univers des mots. Une illumination intérieure s'opère dans l'esprit et le corps c’est la fusion. Dans mon univers mental je reconstruis la prose, ma conscience rejoint la pensée d’une coexistence éternelle que je reconstruis. Un monde de dualité entre l’univers de la raison et la reconstitution de la lumière. Un rayonnement réfractaire qui anéantie la pensée rationnelle pour réveiller le rêveur qui sommeille. C’est le temps de comprendre qui on est vraiment, ce que l'on éprouve et ce que l'on est.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Deux mondes s’expriment, du choc des ténèbres et de la lumière. Pour animer la prose je plonge dans ce monde étrange et fantastique. Dans mon monde intérieur les mots sont transposés dans le cadre du vivant. Richesse cachée, présentée à l’esprit, d’une sensation intense pour vivre la découverte. La révélation dans la contemplation affirme la force d’expression. Je contemple et je supporte l’univers que je me construis, un univers personnel de l’évocation, et que je survole dans ce monde. Celui qui lit mes articles pourra le faire autant de fois qu’il le supporte. Il pourra découvrir le secret de la contemplation, le secret de l’illumination. A la recherche de l’équilibre des mots reliant la verticale et l’horizontal, de l’imaginaire ou du réel, vers le sens de l’existence et de l’essence pour la compréhension d’un contemplateur.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Analyse et interprétation pour le destinataire dont le connaissable dénonce l’effort. C’est dans l’univers contemplatif que s’ouvre la voie, que s’opère la connexion et l’alchimie. Le spectateur est libre d’approfondir son investigation et sa recherche. Il pourra capter avec une idée claire le sens de la révélation, de ce qu’il est capable de supporter et de percevoir.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Mon espace exhale une odeur subtile et pénétrante, un parfum céleste ancestral émettant des signaux lumineux dans la confusion des espaces et du temps. Je suis dans une telle sérénité et dans une telle transparence. Codé par des signes rituels fluant mes yeux de lumière phosphorescente. Je dois faire très attention aux mots, surtout, que les événements relatés précèdent le texte. Parfois avec des surcharges affectives. Parfois les mots sortent d’une façon involontaire. J’écris et j’observe le sens de la main dans un déplacement subconscient. Des images fascinantes apparaissent dans ma mémoire, et s’imposent au paysage mental, comme à l’intérieur d’un miroir ! Le silence pesant, happe dans l’espace la substance de l’énigme au sens approprié. J’ai l’impression de devenir un esprit ensablé, embourbé entre le corps dur et la pensée invisible des choses !
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Je reste néanmoins méfiant de mon exposé et de son caractère. Il ne s’agit pas d’exciter l’intérêt mal placé du lecteur, en voyageant dans le monde des chimères ! L’idée est de partager en toute honnêteté l’observation contemplative, et faire découvrir le chemin d’un blanc lumineux. Ouvert à tout homme et toute femme de bonne volonté ! Il ne s’agit pas de raconter des choses nouvelles qui se passent autour de moi sortant d’un rêve ! Sans y chercher le sens profond de cette lumière qui murmure au fond de mon cœur. Je ne cherche pas à arriver à la connaissance de la vérité par des moyens que la raison désavoue ! Je ne veux faire de mal à personne, et peu importe ce que l’on pense. Car les braves gens installent des lumières le long de leur chemin. La grâce les illumine, Ils sont remplis d’honnêteté et d’amour naturel. Leurs imperfections sont comme une buée sur une vitre qui s’efface au premier rayon du soleil. La contemplation c’est la puissance du langage qui illustre le glissement des sens ! Interroge la norme de l’illusion et de la réalité. C’est une contemplation séductrice aux mots séducteurs. Le discours rigoureux délimite la norme, et le langage de la traversée intérieure, obscure ou secret ! Ce n’est pas la dialectique de folklore, au rituel funèbre qui transforme la beauté en une image lépreuse. Au rituel subtil, aveugle course au plaisir des bijoux intellectuels de l’Ego. Séducteur de l’énigme, de la sublimation obscène des plaisirs ; les grâces d’aujourd’hui !
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Dans la contemplation, découvrir la vérité, l’équilibre de la force lumineuse, se libérer de l’obsession des sens et des interdits détournent l’âme de l’homme de la débauche et de la morale libertine.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. La contemplation c’est une rencontre qui dépasse la raison et que dirige l’intelligence.
Pensée même sa création nous échappe, nous engloutit et nous dépasse. On dévoile plus que l’on ne croit. Dans notre univers on capture des puissances de vie et d’expression. Une contemplation où la seule limite est en nous, où le mental nous fait construire des murailles à l’émotion. Elle émeut la pensée, critique pour celui qui éprouve trop vite. Magique, lieu unique,
l’œuvre est un lien d’un cœur constant qui tisse une pensée qui se déploie derrière les mots. Naît l’inspiration de la prose, venue d’un monde invisible où le moi parle au soi. Eveille la pensée rationnelle des percepts et le danger des affects. Dévoile l’expérience intérieure émotionnelle, c’est un trésor à notre portée qui nous aide à comprendre différemment les objets, les symboles.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. L’éclair jaillit entre la connexion des deux mondes. C’est la jonction du ressenti. C’est la chance de notre survie dans un monde recréé !
S’explorer soi-même, se développer libre dans son indépendance, dans la découverte et l’investigation. Là il n’y a pas de censure, L’imagination est libre ! Le contemplatif est confondu à l’intérieur de l’univers. Il dépasse sa propre compréhension dans ce monde sans concession, en allant au plus profond de sa vie. Le sens, n’a plus de sens ! Il est soumis au pouvoir de l’amour. Lié à cette pensée unique, expression d’une réalité universelle et collective. Vision universelle qui passe par l’homme, où il peut voir à travers l’œil intérieur.
Univers inexploité et inexploré par des millions d’hommes, relatif au monde du soi, où la réalité n’est plus une illusion ! Les puissances de vie commencent par la création d’un rêve qui domine la vie, dans l’expression d’une puissance contenue dans l’univers! Dont la destinée a eu pour effet l’homme, avec une conscience sans limite et une pensée qui n’est pas celle d’un mortel ! Originalité profonde, expression illogique des génies et des fous. Devenez ce génie aux idées claires ou ce fou inévitable.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Ce passage de la continuité du monde vivant selon un ordre complexe qui se succède dans le temps. Demeure de la sélection naturelle de la pensée, c’est-à-dire miroir de la pensée, reflet de ce qu’il y a de contenu dans le cœur et la conscience !
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Vérité d’un ordre supérieur, l’instrument de l’illumination, de la sagesse et de la connaissance. Reflétant l’intelligence créatrice céleste créant comme tel à son image.
Il est certain  qu’une puissance orgueilleuse de l’homme domine comme la tour de Babel, et fait fuir les hommes de leur terre comme des déportés étrangers en pensant que chaque pays à son Dieu protecteur, et que la puissance de ses armes nous suggère à rejoindre la religion du vainqueur. Le cœur Humain, miroir reflétant Dieu, Paul nous dit : Corinthiens 3, 18, traduit des textes originaux Hébreu et Grec, je cite : « …contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit ». L’intelligence céleste reflétée par le miroir, le reflet de la perfection cosmique.








mardi 12 juillet 2016

article 23 UN POUVOIR SPIRITUEL USURPE

Mais le mal s’en est rendu Maître pour mieux l’étouffer.
Méditation

Première Partie,

Je vais vous faire part de Révélations importantes, mais je vais vous y conduire progressivement, afin que vous ne pensiez pas, que je vous Révèle un enseignement qui serait un risque pour votre salut.
Je vais vous faire part de Révélations importantes, mais je vais vous y conduire progressivement, afin que vous ne pensiez pas, que je vous Révèle un enseignement qui serait un risque pour votre salut.

Cet enseignement qui a été interdit, représente pour certains chrétiens d’aujourd’hui une extravagance, et jette un doute profond sur sa validité, alors que cela était connu des prophètes et des Apôtre et forcément de Yéshua Lui-même.

Mais le mal s’en est rendu Maître pour mieux l’étouffer.

Pour vous faire admettre cet enseignement, je suis obliger de revenir à la source, car le mal c’est l’Eglise catholique créée par L'empereur Constantin, en homme sanguinaire mais malin qu'il était. C’est dans une atmosphère de guerre civile entre deux partis, dont il profita de l’occasion pour envoyer à Alexandrie son homme de confiance, l'évêque espagnol Ozius de Cordoue, porteur d'un message impérial ordonnant la réconciliation des deux partis, vu que leur dispute ne portait pas sur l'essentiel de la foi mais « sur des détails » [. ! .].

Mais, comme depuis trois siècles, les Chrétiens se foutaient complètement des écrits d'Empereurs barbares et dictateurs, ce n'est pas parce qu'ils avaient affaire à un nouveau Empereur, soit disant bienveillant, qu'ils allaient faire ses bons vouloir ! La conciliation d'Ozius échoua et, devant le silence persistant du Pape Sylvestre, Constantin fut contraint de convoquer un « grand concile ». Ce fut le premier « Concile œcuménique de Nicée ». Le Pape n'y assista pas. Il se contenta d'y expédier deux observateurs.

L'assemblée, constituée d'une majorité d'évêques orientaux, s'ouvrit en mai 325 sous la présidence d'honneur de Constantin, dont Ozius de Cordoue étant le président effectif, et à la date de Pâques, sortie le dogme mené de main d’Empereur et aboutie à la condamnation d'Arius et de sa doctrine. Le « Credo » de Nicée est encore, en quelque sorte, celui des catholiques contemporains.

Les rapports de l'assemblée furent envoyés au Pape Sylvestre qui, comme à l’habitude, se tût. Nul ne doute de son indépendance d'esprit face aux décisions « conciliaires », il fixa pour Pâques une date différente de celle qu'avait imposée le « Concile ». Comme il est écrit par Sylvestre : « Vous voyez, semblait-il insinuer aux partisans d'Arius, si je ne suis pas tout à fait d'accord avec Nicée en ce qui concerne la date de Pâques, c'est peut-être que je ne le suis pas non plus en ce qui concerne votre doctrine ».

Bien joué de la part du Pape Sylvestre ! Malgré Nicée, le vent tournait en faveur des hérétiques, et Constantin, « avant d'ordonner la mort de sa propre épouse, qu'il fit cuire dans son bain, Constantin, par pure jalousie semble-t-il, venait de faire assassiner son fils Crispus ». Toute Doctrine insistant sur l'égalité des « Pères et des Fils », fussent-ils Célestes, ne pouvant que l'horripiler, il tente de se rapprocher des Ariens ! Ceux-ci, favorisés par l'Empereur, commencèrent à persécuter, avec jubilation, les autres Chrétiens.

Force est de constater que le tableau moral et politique qu'offrait cet Empire romain devenu presque officiellement Chrétien n'était ni réjouissant ni particulièrement moral : d'une part : « un Empereur infanticide, matricide et hérétique, et d'autre part des sectaires qui s'entretuaient au nom de doctrines plus incroyables les unes que les autres, mettant à feu et à sang les régions que les barbares de plus en plus menaçants, n'avaient pas encore ravagées.

Vers 327, Constantin inaugura la Première Basilique du Vatican, construite sur un cimetière chrétien des premiers et deuxième siècles, où plusieurs Papes avaient été inhumés, mais pas Saint Pierre, contrairement à ce qui se dit depuis le grand incendie de Rome en 64.

L'empereur Constantin mourut à Nicomédie le 22 mai 337. Sur son lit de mort, il reçut enfin le baptême des mains de l'évêque Eusèbe de Nicomédie, un hérétique Arien.

On peut donc espérer que la grâce du sacrement, donné par un prêtre indigne, ne fut pas suffisante pour blanchir de tous ses crimes l'âme opaque de cet affreux bonhomme que fut ce Constantin, meurtrier de sa femme et de son fils et parjure à tous ses engagements.

Pourtant, « l'Église Catholique » primitive a canonisé ce malfaisant qui en était le Créateur. Les Chrétiens orthodoxes le vénèrent même encore aujourd'hui, à l'instar de l'impératrice Irène de Byzance qui fit crever les yeux de son fils avant de le faire étrangler.

Ainsi l’Empereur Constantin 1er, convoque le « Concile Œcuménique » de Nicée, soit disant pour construire l’Unité de l’Eglise, mais c’est à ses fins politiques, et pour consolider son empire. Il menace les évêques récalcitrants, qui ne veulent pas suivre les doctrines qu’on leurs proposent. Trois restent fidèles à l’enseignement de Yéshua, ils sont excommuniés, dont Arius.

Arius un des plus grands Apôtres de Yéshua d’origine berbère (256-336), naît en Cyrénaïque dans la région des cinq cités. Il est ordonné diacre en 311 par Pierre d’Alexandrie puis Prêtre par Achille, un successeur de Pierre. Il étudie auprès de l'érudit, théologien et martyr Licinius d'Antioche. Licinius était lui-même élève d'Origène (185-254).

Origène, théologien éminent exerça sur les esprits des premiers siècles une influence profonde, ainsi que sur Licinius et Arius. Saint Jérôme (347-420) disait d’Origène, qu’il était : « le plus Grand Maître de l’Eglise après les Apôtres ». Et le Cardinal Daniélou écrit : « qu’il fut avec Saint Augustin, le plus Grand Génie du christianisme antique ».

Mais comme par hasard l’Empereur justinien (482-565), lance un doute sur la validité de la Doctrine de Yéshua enseignée par Origène. Justinien, entreprit une attaque contre la Doctrine d’Origène. Il réunit un synode d’évêques, en vu d’un examen et d’une condamnation. L’assemblé obéit et prononce une interdiction, sous la forme de dix anathèmes ! Justinien récidive, en 553, il souhaite une plus grande condamnation pour Origène. Il convoque de fait, un cinquième « Concile Œcuménique », soit : cent soixante cinq évêques. Le Pape Vigile refusa d’assister à l’assemblée et s’enfuit.

Voici ce qui arriva au Pape vigile, selon les écrits de Daniel-Ropos : « Et l’on eut alors le spectacle d’un Pape, arraché par les soldats à l’église où il avait cherché refuge, tiré par les pieds, les cheveux et la barbe, si violemment que l’Autel qu’il tenait embrassé s’effondra, Obligé de s’enfuir, harcelé par les émissaires du Maître qui prétendait exiger de lui sa soumission et, au bout du compte, malade, à bout de forces, finissant par confirmer la décision du « Concile » qui s’était tenu sans lui et malgré lui… (a) ».

Nous pouvons constater que, de l’Empereur Constantin 325 à l’Empereur Justinien 553,  « l’Eglise Catholique » a été Créé par la force et la violence, et s’est vue imposée sa doctrine, qui n’avait plus rien à voir avec celle de Yéshua le Messie. Comme je vais vous le démontrer avec l’aide de l’Esprit.

Nous voyons les coups de force des tyrans et persécuteurs, pour ce rendre Maître, avec d’incroyables violences, d’un pouvoir Spirituel usurpé.

Quels sont ces Doctrines du Maître Yéshua, qu’ils combattent avec tant d’acharnements et de violences ? Et quels enjeux pour la fin des temps ?

Voila ce qu’Arius disciple de Yéshua commence, en 312, à professer, avec Licinius et Origène, la thèse suivante :

1) Le Fils est infatué au Père, c’est-à-dire, par son engouement coutumier.

2) Le Fils a été Créé ipso facto,

3) Ses Qualités morales et individuelles ont conduit Dieu à l’Adopter,

4) Il Est l’intercesseur entre Dieu et les hommes,

5) La Perfection Divine étant hors d’atteinte de l’être humain, Celle du Fils pourrait être appréhendée.

6) la pérégrination des esprits, soit la Ré-incarnation des esprits.

7) la théorie de l’Apocatastase, Origène enseigné, comme les Disciples, que l’œuvre de Dieu va revenir à son état Originel par la Grâce. Ainsi les pécheurs comme les démons vont progressivement se purifier afin de revenir à l’état Originel qui est Bon (b).

C’est cette mine d’or que Paul nous Révèle, et qui ne pouvait être comprise qu’à la fin des temps : « de même aussi dans le TEMPS PRESENT, il y a un reste selon l’élection de la Grâce. Or, c’est par la Grâce, ce n’est plus par les œuvres ; autrement la Grâce n’est plus une Grâce. Et si c’est par les œuvres, ce n’est plus une Grâce, autrement l’œuvre n’est plus une œuvre », Romains 11, 5.

8) Origène enseignait la préexistence des âmes.

C’est encore Paul qui va le confirmer : « Car, les enfants n’étaient pas encore nés et ils n’avaient fait ni Bien ni mal, Pourtant – Afin que le Dessein de Dieu demeure selon l’élection qui dépend non des œuvres, mais de Celui qui Appelle », Romains 9, 11.

Vous voyez, quand l’Esprit nous lève le voile, on a l’impression d’être dans un autre monde ! Mais continuons.

L’œuvre  écrite de Paul est théologiquement Spirituelle, C’est pourquoi il dit avec sincérité, comme je peux le dire moi aussi : « Ma Conscience m’en rend témoignage par le Saint Esprit, Romains 9, 1 » ; la Parole que dit-Elle : « La Parole Est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or, c’est par la Parole de la foi que nous prêchons, Romains 10, 8 ».

Voila ce qu’Origène a professé, la pérégrination des âmes - en grec: odusseus tôn psuchôn -exactement « pérégrination des esprits », les esprits dénotant à la fois les âmes et les anges.

Il enseigne qu’à l'Origine, tous les esprits étaient égaux et réunis dans la contemplation de la Trinité. Mais une sorte d'appesantissement a relâché l'intensité de leur contemplation. Ils se sont éloignés de Dieu et les uns des autres.

La différence entre les esprits, notamment entre les anges et les âmes, ne provient donc pas d'une différence de nature, mais d'une divergence de disposition intérieure qui se manifeste par une matérialisation plus ou moins grande. Ainsi la matière n'est pas la cause de la chute, mais sa conséquence.

En rapport avec cette chute, Dieu crée donc une seconde nature: l'univers sensible, qui permettra aux natures raisonnables (âmes) incarnées de retrouver dans l'épreuve leur pureté Originelle.

Mais cette purification des esprits ne peut s'accomplir par un seul séjour dans le monde sensible. En effet, après un tel séjour, certains esprits accentueront leur chute, d'autres ne remontent qu'imparfaitement et tous les esprits doivent se retrouver dans l'état d'Unité et d'Egalité où ils se trouvaient à l'Origine.

Il faut donc que la pérégrination des esprits se poursuive dans une suite de mondes différents les uns des autres, puisque, dans chacun des mondes, les dispositions et les qualités spirituelles des esprits varient. Ainsi s'achemine-t-on vers la fin de toutes choses, avec la Restauration de l'Unité Originelle: apokatastasis tôn pantôn.

Cette Doctrine Originelle a été condamnée par le 5ème « Concile œcuménique », celui de Constantinople II, en 553.

Origène est comme son Nom l’indique, Témoin Originel de la Vraie Doctrine !

Souvenez-vous de ce que disaient les chrétiens ou plutôt les judéo-messianiques d’Origène : « qu’il était le plus Grand Maître de l’Eglise après les Apôtres ».

On peut voir comment ses Empereurs conduits par la lumière de Lucifer, ont usurpé le pouvoir Spirituel. En arrachant par contrainte au Disciple Suprême la vérité par soumission.

On est en droit de se demander, comment encore aujourd’hui, ceux qui se disent chrétiens et intelligents, peuvent-ils se cacher derrière l’anathémisation d’Origène prononcée par ses tyrans ?

On peut répondre et dire aujourd’hui, parce que cela a permis à Lucifer, de mettre à la tête de cette église ses fils du mal, afin de contrôler la Doctrine, et pour que Yéshua perde le maximum de brebis ; avant le combat final !

 

La suite suivre dans la deuxième partie article 22

1 commentaire: